10) Aide d'urgence: nos actions sur place

  1. ETAT DES LIEUX ET AIDE D’URGENCE.

 

Le tremblement de terre de magnitude 7,8 qui a eu lieu le 25 Avril dernier au Népal a fait beaucoup de dégâts et de morts dans la capitale Katmandou, ce qui a été largement relaté dans les médias.

           Image 8

Cependant, l’épicentre de ce séisme était situé dans la région du Manaslu, à 70 km au nord ouest de la capitale.

 

Dans cette région vivaient environ 270 00 habitants.  Il s’agit d’un massif au relief très escarpé et d’altitude élevée car le Manaslu dont le tour était un circuit de trek fréquenté, culmine à plus de   8100 m. Beaucoup de villages sont à plus de 2000 m et certains à plusieurs jours de marche en temps normal, de la dernière piste carrossable, encore plus inaccessibles maintenant que des pans entiers de montagne se sont effondrés entrainant chemins, cultures, habitations, bétail et villageois.

Dambare aeroport vivres et soldats5

C’est la raison pour laquelle ni les médias, ni les secours émanant de l’aide internationale ou du gouvernement n’ont pu  aller à l’aide des survivants de ces contrées reculées.

Aussi, ces villageois ont-ils du organiser eux-mêmes la prise en charge des secours. Le village de Laprak, (3000 habitants, plus que 2000 environ, maintenant) est sur le circuit du tour du Manaslu et beaucoup de guides  de trekking sont originaires de ce village.

Apres distribution matelasP1 2

Ces professionnels sont particulièrement rodés à l’organisation logistique et à la connaissance de la topographie de la région du fait de leur métier : c’est donc eux qui  ont pu contacter le jour même les parents et amis membres de la diaspora dispersés dans le monde et leur demander de mettre  en place des collectes de fonds. C’est ainsi que nous avons créé l’association « Aide au Népal » ici à proximité de Montpellier.

Dans l’organisation de tels secours, il est capital que ce soit les rescapés habitant sur place, ici  Katmandou ou Pokhara,  qui organisent eux mêmes les secours : en effet, ils sont en contact régulier avec  les villageois sinistrés, connaissent exactement leurs besoins, l’état des moyens de circulation. Il est préférable de leur envoyer de l’argent pour qu’ils puissent acheter les denrées nécessaires et faire ainsi fonctionner la chaine commerciale du pays, l’aidant d’autant plus vite à se relever. Une aide internationale qui se substituerait à cet approvisionnement au lieu de la soutenir financièrement, serait contre-productive, les laissant au chômage et à la merci  d’un tarissement.

Img5

Au cours des premières semaines depuis le séisme,  ils  (Dambare, Ram Kumar, Suman, Andre.. tous de l’ethnie Gurung et membres de l’association locale « Laprak Society » qui coordonne ce soutien) ont acheminé plusieurs tonnes de matériel. Les premiers jours, l’armée Népalaise a accepté d’acheminer par hélicoptère les vivres et premiers secours et d’évacuer les blessés sur l’hôpital de Pokhara, une ville beaucoup moins touchée par le séisme que la capitale.

Dans un second temps, des équipes de porteurs ont pris la relève, dans des conditions difficiles, beaucoup de sentiers ayant disparu sous les éboulis. Il a été fourni aux habitants des bâches pour faire des cabanes et se mettre à l’abri, sachant qu’ils se sont réfugiés vers les cols à plus de 3000 m  pour ne pas être sur le trajet d’autres éboulements ( il y a de multiples et fortes répliques en permanence) et que la mousson ne va  pas tarder à commencer. Ils ont aussi reçu des matelas de camping, des couvertures.

Les provisions  des agriculteurs ont été ensevelies sous les ruines des maisons et ont pourri sous la pluie qui s’est acharnée sur la région la semaine suivant  le drame. Aussi du riz, des lentilles, de l’huile et du sel leur sont acheminés régulièrement.

La situation alimentaire et sanitaire reste très préoccupante dans les villages les plus reculés, un ravitaillement en hélicoptère est nécessaire, les accès à pied étant coupés, mais le seul hélico de l’armée Népalaise est maintenant en panne !!!

Dambare et sacs riz a livrerDscn9362 1

Aussi l’aide se concentre actuellement sur la remise en état des sentiers d’accès pour relier ces villages et ne pas laisser les survivants mourir de faim.

Les fonds qui arrivent maintenant servent aussi à prendre en charge la convalescence des blessés qui sortent de l’hôpital de Pokhara mais ne sont pas encore capables de remonter à pied au village et résister aux conditions précaires du camp des rescapés. Il faut les loger sous des tentes et les nourrir à Pokhara. Certains resteront handicapés et ne pourront plus subvenir aux besoins  de leur famille.

Img 0936Dscn9226

L’aide alimentaire devra se poursuivre sur au moins un an, car les récoltes seront mauvaises, beaucoup de cultures ayant disparu sous les glissements de terrain, le bétail emporté ou écrasé par les éboulis. Le séchage des récoltes qui pourront être faites pendant la mousson sera problématique, les maisons ayant des greniers étant toutes rasées.


 

  1. RECONSTRUCTION DES VILLAGES.


Dans la plupart des villages, toutes les maisons sont en ruines, les écoles, les mini centrales hydrauliques, les dispensaires, hors d’usage.

L’habitat traditionnel se composait de maisons en pierres sèches ou légèrement assemblées avec un mortier de terre crue, avec enduit intérieur de ce même type de terre argileuse. La toiture est composée de bardeaux sur une charpente en bois classique, les maisons plus récentes ayant un toit refait en tôles ondulées.

Thanti village4 gorkha

D’autres maisons récentes ont été construites sur le modèle urbain, en pierres montées au mortier de ciment mais sans armatures métalliques du fait de l’inaccessibilité de ces villages par des véhicules motorisés (plusieurs jours de marche pour les plus reculés).

Aucune de ces constructions n’a résisté à la puissance du séisme et des nombreuses répliques qui continuent plusieurs fois par jour encore un mois après.

Les prévisions des sismologues n’étant pas optimistes quant à un retour au calme durable, il apparait évident que la reconstruction doit s’orienter vers un modèle de maison  qui soit « souple » et compliante aux séismes futurs.

Les survivants sont actuellement réfugiés dans des campements qu’ils ont montés avec des bâches  plastiques sur des piquets de bois ou de petits bambous. Cet habitat doit rester provisoire et ne peut en aucun cas constituer une solution définitive, l’exode rural vers la ville de Katmandou déjà en sévère crise de logement après le séisme ne ferait que gonfler les bidonvilles, les épidémies et les situations dramatiques, alors que le maintien au village peut assurer au moins l’auto suffisance alimentaire.

Reparation de la maison du mr handicape

  1. CAHIER DES CHARGES DE LA MAISON MODELE .


L’activité principale de ces villageois est l’agriculture / élevage, vivrière mais avec aussi en période normale, vente de surplus.

Une bonne partie de ces récoltes est faite pendant la mousson : ils ont donc besoin d’un grenier  avec un plancher à claire-voie afin de faire sécher les récoltes (haricots, lentilles) et les stocker tout au long de l’année (ces provisions ont été perdues dans le séisme). Ils sont plus petits que les occidentaux et la hauteur de ce grenier peut être réduite jusqu’ à 1,30 m sur les cotés et 1,80m au milieu.

Il faut également un large auvent devant la maison afin de pouvoir travailler à la lumière et à l’abri de la pluie pendant la mousson, de larges débords de toit pour protéger les façades des infiltrations et giclées de pluie.

La surface habitable n’a pas besoin d’être très grande, les  villageois vivant majoritairement dehors. Mais il faut tenir compte du fait que le taux de natalité est encore très élevé et les familles nombreuses. Les grands parents vivent le plus souvent sous le même toit que les plus jeunes générations.

Il faut donc que le modèle proposé soit modulable selon la taille de la famille, qu’il puisse aussi être décliné en version atelier, petit commerce, dispensaire ou salles de classe.

Il faut pouvoir y installer un mode de cuisson/ chauffage qui consomme le moins de bois possible, la surpopulation  ayant déjà abouti à une surexploitation de la ressource en bois (type rocket stove ou poêle en terre).

Le bois disponible pour la reconstruction est essentiellement le bois des maisons en ruine ; les murs en pierre se sont affaissés sur eux êmes ou se sont couchés, sans que les bois de charpente n’aient trop été détériorés ou cassés, une bonne partie est donc récupérable, pour les maisons 11180336 976742399026246 1370151611020149149 nqui n’ont pas été emportées par un glissement de terrain.

Aucun arbre pour l’exploitation du bois n’est disponible sur place, il faudrait en faire venir de la vallée, le plus souvent en provenance de l’Inde, trop coûteux ; l’ossature devra être allégée au maximum pour se contenter du bois déjà existant dans les ruines.

Les tôles ondulées sont toutes en état d’être réutilisées, mais il n’y en aura pas assez pour tout reconstruire (même s’il y a moins d’habitants à reloger).Ce matériau peut  être assez facilement acheminé par porteurs depuis la vallée.

Il s’agit d’une région relativement peu ventée, jusqu’à présent, les cyclones remontant de l’Inde ont perdu leur force et n’amènent que de très fortes pluies sans tornades, espérons que le changement climatique n’inversera pas cette donnée.

La région du Manaslu était une région très prisée des trekkeurs et il est important que l’aspect visuel des nouvelles maisons s’intègre au paysage et ne fasse pas « bidonville » afin de préserver la ressource touristique quand la situation géologique et les infrastructures permettront le redémarrage progressif du tourisme (50% des revenus du pays ces dernières années).

Pour toutes ces raisons, les matériaux locaux, bio-sourçables et renouvelables  disponibles à très faible coût doivent être privilégiés au maximum.

 

  1. MODELE PROPOSE
     

Il est proposé une ossature bois légère : les seuls bâtiments qui sont restés debout sont les abris pour les animaux ou la réserve de bois, cabanons en bois et planches ou parois de bambous tressés.

Tout le tour de la maison sera creusée une tranchée d’une 50aine de cm de large et de profondeur, s’ évacuant vers le bas de la pente, remplie de pierres et dallée en surface, afin de drainer tout le sol de la maison et de sa périphérie (1 à 2 m  autour). En effet le sol doit rester le plus sec possible afin de limiter le pourrissement de la base de l’ossature bois enfoncée dans le sol ; La base de ces montants sera trempée une nuit dans de l’huile de vidange pour l’imperméabiliser : le goudron fluide n’est pas disponible dans ce pays, alors qu’il est facile de collecter de l’huile minérale usagée.

L’ossature sera constituée de montants verticaux tous les 1,5 m à 2 m selon leur section avec un toit à 2 pentes. Des chevrons en diagonale permettront le contreventement entre ces montants, mais l’ossature devra quand même garder une souplesse et une flexibilité pour supporter les secousses de magnitude supérieure ou égale à 8. L’assemblage des montants,  poutres et chevrons serait difficilement réalisable par tenons et mortaises traditionnels, d’une part à cause de la disparité des sections, des essences  et de la qualité des bois et d’autre part du manque d’électricité pour utiliser des outils performants et du manque de temps et de compétences des habitants. La hauteur des maisons serait de 2 m pour le rdc plus 1,30 m de grenier soit 3,30 m pour  les murs latéraux et 2 m plus 1,80m soit 3,80 m  pour le faitage. Les dimensions proposées pour la surface plancher sont : largeur de 5m, longueur de 4m, 8 m et plus, modulable.

Il faut des débords de toit de 50 cm, un auvent de la largeur de la maison et de 2 à 3 m de profondeur.

Il est nécessaire, vu le nombre de maisons à reconstruire, que ce modèle soit réalisable en auto construction par les habitants eux-mêmes accompagnés par un professionnel local formé à la technique, et ayant une formation de menuisier, tous les membres de la famille pouvant mettre la main à la pâte.

Aussi il est envisagé un assemblage par clouage sur sabots et équerres métalliques comme on en trouve chez les marchands de matériaux de construction en Europe, ces pièces métalliques seraient faites par le forgeron du village, mais le coût est conséquent.

Le plus simple serait un assemblage à mi bois tenus par des liens : les maisons du village laotien à la bambouseraie d’Anduze sont ainsi construites en bambous assemblés avec de la ficelle de bottes de paille dont l’équivalent existe au Népal.

On peut aussi envisager des liens par lanières de cuir (à prévoir à l’avance pour garder et travailler le cuir des animaux consommé sur place), par lanières de bambous  ou par du fil de fer de diamètre un peu costaud (type fil de support utilisé pour la vigne dans notre région).

Le remplissage entre montants sera fait en enduit terre, paille et bouse de vache sur un treillis en petits bambous tressés : ces bambous ressemblent à nos canisses, sont disponibles abondamment et déjà utilisés tressés pour faire des clôtures de potager. Le treillis sera cloué sur les montants coté extérieur, le torchis sera appliqué sur les deux faces en épaisseur de 5 cm environ de chaque coté soit une paroi finie d’environ 12 cm d’épaisseur. Le mélange terre paille permettra, à défaut d’une isolation thermique performante pour l’hiver, un effet correcteur thermique sans la sensation froide de la pierre. En cas de séisme, il s’effritera mais  ne s’effondrera pas sur les habitants ou leurs biens ce qui permettra de ré-habiter la maison tout de suite avec un simple travail de reprise des fissures.

Un soubassement en pierres de 30 à 40 cm est prévu en bas des murs périphériques pour éviter les remontées capillaires d’eau et d’humidité dans le torchis . Pas d’enduit terre sur ce soubassement afin de ne pas avoir de continuité capillaire et de remontées.

Les inconvénients du toit en tôle ondulée sont le bruit sous la pluie et la conductivité thermique en hiver. Le grenier intermédiaire représente un espace tampon qui limite un peu ces points négatifs. Le coût (10 € la plaque de 2m²), la légèreté, la facilité de mise en œuvre de ces tôles explique leur large utilisation dans ce pays ; les plaques bitumineuses type flexotuile ou bardeaux bitumineux avec paillettes d’ardoises ne semblent pas exister à la vente au Népal.

Aussi cette solution a-t-elle été choisie, avec une charpente légère avec intervalles d’environ 1m X 1m suffisante pour porter la toiture en tôles pour les villages qui ne sont  pas à une altitude à laquelle il y a de fortes chutes de neige, à peine quelques averses qui fondent très vite ( surtout avec des toits en tôle). Pour les villages en zone de neige l’ossature devra être renforcée.

Un tuyau de poêle fait avec une plaque de tôle roulée permettra l’évacuation des fumées en prenant soin de ne pas le fixer aux montants bois de l’ossature mais à un matériau non conducteur, résistant au feu (boisseau en brique ?).

Dans les anciennes maisons avec un toit en bardeaux, le feu était fait dans un trou à même le sol, la fumée montait à travers le plancher à claire-voie du grenier donnant aux légumes qui séchaient un délicieux petit goût fumé ; d’autre part la fumée déposait un dépôt goudronneux sur la face interne des bardeaux  avant de suinter à travers la toiture. Au bout de plusieurs années, les bardeaux étaient retournés, mettant la face goudronnée vers le ciel et protégeant ainsi le bois de la pluie des années durant, prolongeant d’autant la durée de vie de ce type de toiture.

Img7 1

Un évier inox avec simple robinet  peut être prévu, un habillage du mur derrière l’évier sera fait avec la tôle inox qui est disponible en ville en rouleaux à découper à la demande afin de protéger l’enduit terre des éclaboussures.

Il sera construit un cabanon avec toilettes sèches à proximité de la maison ; faute de sciure disponible, la bale de céréales pourra être utilisée (blé, orge, sarrasin).

Ce modèle émanant de la réflexion de professionnels de l’éco-construction dans la moyenne vallée de l’Hérault (Eco – Lodève entre autres) est actuellement étudié par le laboratoire de mécanique et de génie civil du CNRS à Montpellier, quant à sa résistance à des séismes de forte magnitude.

Lorsqu’il sera finalisé, une équipe de spécialistes de l’éco-construction de la région de Montpellier  ira sur place au village de Laprak construire avec les habitants la maison modèle qui servira ensuite de dispensaire. Ce sera l’occasion de former deux menuisiers locaux à la technique afin qu’ils puissent ensuite être superviseurs ou chefs de chantier pour accompagner,  coordonner et conseiller les villageois dans l’auto-construction de leur nouvelle maison.

Etant donné la pauvreté de ces habitants, en particulier suite à la perte de tous leurs biens et d’une part importante de leur source de revenus, le salaire de ces deux accompagnateurs à l’auto-construction devra être pris en charge par les dons collectés à l’international, ainsi que les matériaux non disponibles sur place (tôles ondulées, huile de vidange, clous, évier inox…).

Cette mise en œuvre sera faite en Novembre2015 ; la mousson qui débute fin juin et se termine en octobre, risque de déclencher de nouveaux glissements de terrain sur des sols très fissurés et ébranlés par les secousses qui se succèdent depuis le 25 Avril, aussi faut il attendre de voir quelles zones résistent et sont donc les plus sûres pour l’implantation de nouvelles habitations.

D’autre part la mousson est une saison d’intenses travaux agricoles et les villageois ne seraient pas disponibles pour construire leur maison.

Si vous vous sentez concernés par l’aide à apporter aux habitants de cette région, vous pouvez envoyer vos dons à l’association « Aide au Népal ».

Vous pouvez adhérer à notre association (cotisation annuelle 10 €) pour restés informés de nos actions et en décider avec nous. Veuillez alors nous communiquer  vos coordonnées postales ainsi que votre adresse mail avec votre cotisation et votre don.

Inscription ici

Les informations sur nos actions sont uniquement envoyées par mail pour des questions d’économies et de gain de temps.

Adresse mail :  aide.au.nepal34@gmail.com

Nous demandons un rescrit fiscal pour association d’intérêt général, si nous l’obtenons, vos dons seront alors déductibles de vos impôts dans la limite de 66% du montant versé.