9) Ashok sur place dans les villages de Laprak et Gumda entre le 20 juin et le 10 juillet 2015

Vidéo: à Laprak et Gumda au début de la mousson

Ashok Gurung, natif de Laprak, était guide de trekking au Népal; il vit en france depuis 11 ans et travaille comme ouvrier viticole dans un domaine de la moyenne vallée de l'Hérault.

Suite à ce dramatique séisme, il est parti au Népal mi-juin pour acheminer dans le village de Laprak et deux autres villages d'accès difficile, de l'aide achetée sur place grâce aux dons collectés en France par notre association ''Aide au Népal''.

Il a tourné une vidéo qui peut être visionnée sur le lien :

La mousson cette année a démarré tardivement et les premières pluies ont été particulièrement violentes, avec de grosses inondations, des coulées de boues et de nouveaux glissements de terrain. Les rescapés des villages, réfugiés sous des abris construits avec les bâches fournies grâce à notre association, ont beaucoup de mal à garder leurs quelques provisions à l'abri.

Les sentiers d'accès aux villages de montagne ont été emportés par les glissements de terrain lors du séisme et maintenant par les coulées de boues dues à la mousson. Aussi, l'accès par les pistes à peine carrossables ou les restes de sentiers est très périlleux. Les sangsues sont au rendez-vous, s'infiltrant dans les chaussures, sous les vêtements.

Ashok a distribué de l'huile ( les sachets jaunes que vous verrez sur la vidéo) , du riz et des films plastiques servant de ponchos imperméables pour travailler sous la pluie.

Certains villageois commencent à reconstruire leur maison sur le même modèle que celles qui se sont écroulées. En effet, ils ne comnnaissent pas d'autre technique constructive et n'ont pas les compétences pour créer un modèle de maison ossature bois.

C'est là que se positionne notre action de reconstruction de maison anti sismique faite avec des matériaux locaux, à faible coût, facilemenent disponibles et de faible impact écologique.

En octobre prochain, quand la mousson sera terminée, que les terrains instables se seront éboulés ou auront glissé, les zones moins risquées apparaitront et il sera alors possible que les responsables des villages décident des zones où reconstruire  habitations,  écoles, dispensaires, et petits commerces.

Ajouter un commentaire

 
×